Skills4All

FAQ #3 – Lean Six-Sigma Yellow Belt®

Dans cet article, nous répondrons à toutes les questions que vous nous avez posées sur Lean Six-Sigma Yellow Belt®.

Découvrir nos formations en ligne

Existe-t-il des exercices où il y a besoin de modéliser avec un champ qui soit beaucoup plus libre pour les réponses ?

La réponse est non. Il n’y en a pas du fait de la difficulté de correction de ce genre de travaux.

Dans ce cursus, nous vous amenons toutes les connaissances qui vont vous permettre de passer la certification. Elle va attester que vous avez bien compris l’ensemble du dispositif ainsi que les différentes méthodes. Pour ce qui est de l’expérience, c’est à vous d’aller la chercher.

Comment savoir quel outil privilégier ?

Dans un premier temps, vous pouvez essayer de suivre la méthodologie telle qu’elle vous est proposée. C’est-à-dire que vous allez pouvoir commencer par du « D », puis poursuivre par du « M », etc. 

Cependant, il se peut que vous manquiez de données. De ce fait, toute la partie analyse “in prouve” va s’effectuer petit à petit. Au fur et à mesure, utilisez les outils tels qu’ils vous sont présentés séquentiellement dans la méthode. Appropriez-les-vous !

 Il se peut qu’à un moment donné, vous allez vouloir faire un peu de prédictif à travers différentes hypothèses. En travaillant sur des échantillons de plus en plus grands, vous allez revenir progressivement sur le contenu du cours.

Je vous conseille aussi de vous tenir au courant du domaine, de racheter une formation si la certification évolue, ou d’aller à un symposium.

Faut-il justifier d’un projet dans le milieu professionnel pour acquérir la Black Belt ?

La réponse est non. Il s’agit d’une certification de connaissances, il ne vous est pas demandé de justifier d’une expérience professionnelle. Par contre, il vous est demandé de savoir vous approprier l’outil. 

Dans les questions du quiz, vous aurez des questions d’interprétation. Vous y verrez davantage d’écrans et vous devrez vous demander quelle est la situation et de quels types de données il s’agit. Ce n’est pas plus compliqué, mais cela va remobiliser encore plus de contenu de toutes les Belt.

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

FAQ #2 – Lean Six-Sigma Yellow Belt®

Dans cet article, nous répondrons à toutes les questions que vous nous avez posées sur Lean Six-Sigma Yellow Belt®.

Découvrir nos formations en ligne

Avez-vous quelques conseils pour réussir sa formation en digital-learning ?

Je vous conseille de passer en revue les vidéos, et de penser à prendre des notes avec le PDF sous acrobate ou sur papier. 

Evitez de faire un gros “rush”; c’est-à-dire de travailler un sujet profondément puis de passer à autre chose et ne plus du tout y revenir. 

Bannissez, si c’est possible, toute interruption de téléphone, de mails, et tout ce qui est susceptible d’attirer votre attention et de vous empêcher de vous concentrer.

Comment peut-on valoriser sa certification dans une entreprise de services ? 

Il existe plein de façons de faire pour valoriser sa certification dans une entreprise de services. 

Vous avez acquis des outils qui vous permettent d’aller cartographier un processus, alors que la plupart des entreprises ne savent pas comment le faire. Vous pouvez mettre des indicateurs en place ou même un FMEA. C’est un outil extrêmement puissant qui n’est pas toujours utilisé en entreprise. Ces outils sont relativement simples, mais d’une puissance extraordinaire pour les centres de service.

Vous allez également pouvoir mettre un processus sous contrôle et entreprendre une démarche de modélisation. En bref, vous allez apporter énormément à un processus de service. 

Vous avez toutes les cartes en main pour valoriser votre certification avec des outils assez simples à utiliser.

Existe-t-il un outil gratuit qui fasse exactement la même chose que Minitab ?

Il existe des Adone sur Open Office et sur Excel, mais ils n’ont pas la puissance de Minitab.

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

FAQ #1 – Lean Six-Sigma Yellow Belt®

Dans cet article, nous répondrons à toutes les questions que vous nous avez posées sur Lean Six-Sigma Yellow Belt®.

Découvrir nos formations en ligne

Je me suis inscrit sur la Yellow Belt et la Green Belt qui devraient commencer prochainement. Je peux passer les deux certificats indépendamment ? C’est-à-dire, je ne n’ai pas besoin de passer la Yellow Belt avant de passer la Green Belt ?

Tout à fait. Vous avez acheté les deux cursus séparément l’un de l’autre, donc vous pouvez passer dans l’ordre que vous voulez.

Dans la formation, on parle de FMEA et d’ERPN. De ce que j’ai pu comprendre, le FMEA, c’est suite à un retour d’expérience sur une phase de contrôle qui a eu lieu. Alors, pourquoi est-ce qu’on parle de FMEA ?

Avec Lean Six Sigma, il y a des boucles dans tous les sens. C’est ce qui peut être perturbant. 

Nous allons vraiment voir DMAIC comme une façon de ranger les outils, mis à part la phase « D », où l’on définit le périmètre du projet d’amélioration. 

Ensuite, nous allons faire du « M » et puis à un moment donné, du « A », et peut-être revenir sur le « M » parce que l’on se rend compte que le périmètre n’est pas tout à fait ce que l’on avait imaginé. C’est pour cela qu’il faut prendre de la distance avec cette méthode pour dire : “Voilà, j’ai à ma disposition une boîte à outils. Si à un moment donné, je suis passé par le contrôle, et que je veux mieux gérer le risque et mettre des plans de remédiation, je vais mettre un petit coup de FMEA.” 

En bref, il ne faut pas que vous soyez surpris si par moment, il faut utiliser des outils qui ne sont pas classés dans la boîte à laquelle vous vous attendiez.

Je suis une formation Lean dans le cadre d’un changement de poste. Il y a beaucoup d’informations et de choses que je découvre au fil des présentations. Combien de temps par semaine dois-je travailler pour arriver à la Black Belt ?

Il faut savoir que c’est une course de fond. C’est-à-dire qu’il faut vraiment travailler sur sa régularité. Une heure par jour, c’est un bon timing. Évidemment, chacun à sa manière d’apprendre, vous pouvez éventuellement aller plus vite ou moins vite. Une heure par jour vous permet de passer le temps nécessaire à être concentré sur le sujet, avant d’en être dégoûté.

En passant une heure par jour sur un programme qui fait environ 62 heures de formation, comme le Boot Camp, vous allez y passer environ 2 mois. Un effort régulier, pas trop soutenu, c’est ça la clé du succès.

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

FAQ #1 – PRINCE2® Fondation et Practitioner

Dans cet article, nous répondrons à toutes les questions que vous nous avez posées sur PRINCE2® Fondation et Practitioner.

Découvrir nos formations en ligne

Le support est-il le même pour PRINCE2® Fondation et Practitioner ?

PRINCE2 Practitioner est un exercice très différent. Il nécessite un travail personnel à 90 %. Vous aurez une petite heure de rappel, où je feuillète avec vous le document PRINCE2 pour que vous puissiez vous en imprégner. C’est d’ailleurs surtout sur ce document que vous allez travailler.  En fait, vous aurez deux gros cas d’étude, qui vous plongerons dans 2 situations d’entreprise, c’est pour cela qu’il s’appelle “Practitioner”. 

Pour être complet, en termes de support, vous n’allez avoir que le livre et deux quizz. C’est pour cela que l’exercice est un peu particulier, parce que c’est du travail personnel et que le cœur du travail ce sont les quizz. Afin de se mettre dans cette optique, il faut réussir à se dire : “Je ne suis pas dans une formation, je suis dans la vraie vie, et je vais essayer d’appliquer ce que je suis entrain d’acquérir.”

Le résultat final est-il binaire ?

Dans le corrigé du quizz, on vous explique en détail pourquoi une réponse est la bonne et l’autre ne l’est pas. Avec ce que vous avez vu dans PRINCE2 Fondation, dans le livre  et l’explication, c’est amplement suffisant pour réussir. 

A quel moment reçoit-on le livre PRINCE2 ?

Vous le recevez une fois que vous avez fini la partie Fondation, parce que c’est un prérequis au Practitioner et cela permet de répartir le travail. Une fois que l’avez obtenu, on met en commande le livre papier. Ce qui ne vous empêche de commencer à lire le PDF, c’est le même bien entendu, au format électronique. De cette manière, vous pouvez commencer à avancer, faire les quizz, etc.

Les examens se font-ils à distance ?

Oui, comme PRINCE2 Fondation, ce sera auprès de Peoplecert. Vous allez recevoir un voucher, vous pourrez réserver votre créneau en ligne.

Un support est-il autorisé pendant l’examen ?

Pour le PRINCE2 Fondation, non. C’est vraiment sans document. Avec ce que vous avez dans la formation, les quizz, les vidéos, vous n’avez pas besoin de support.

Par contre, pour le Practitioner, vous aurez droit au livre, parce que de toute façon, sans le livre ce n’est pas possible.

En termes de durée, qu’est-ce qui est le plus recommandé pour assimiler l’ensemble des informations de PRINCE2 Practitioner ? 

Vous allez mettre le même temps que pour PRINCE2 Fondation. PRINCE2 Practitioner va être plus dans le travail personnel, tandis que PRINCE2 Fondation est quand même plus dans l’écoute. Le travail avec Practitioner en présentiel se fait en 2 jours pleins. C’est-à-dire que si vous passez environ 2 heures par jour, en une semaine, c’est plié.

PRINCE2 : En concurrence avec PMP ou deux approches complémentaires ?

Ce sont vraiment deux approches différentes. La personne certifiée PMP est capable d’être interrogée sur n’importe quoi.  En plus, elle fait preuve d’une expérience professionnelle. En effet, on doit attester de 4500 à 7500 heures de gestion de projet opérationnelle. Lorsque vous regardez le modèle et les 49 processus, il faut être assis. Tandis que, quand on est avec PRINCE2, c’est quand même beaucoup plus léger. Au fur et à mesure que vous avancerez, vous comprendrez, je suis sûr qu’il n’y aura aucun souci. Parce que le modèle est simple, il est intégré et facilement déclinable. Donc, du côté de PRINCE2, on est sur quelque chose d’opérationnel, de simple et qui ne reconnait pas une expérience professionnelle. Et de l’autre côté, vous avez quelque chose qui est plus compliqué, plus holistique et  académique. 

 

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

Qu’est-ce que Scrum® ?

Dans cet article, nous répondrons à la question “Qu’est-ce que Scrum® ?”.

Découvrir nos formations en ligne

Une livraison sous la forme itérative et incrémentale

Avant tout, Scrum® est une méthode pour livrer un produit. A l’origine, on parlait de produire une application sous une forme itérative et incrémentale. C’est-à-dire que plutôt que d’attendre un travail de développement finalisé, on va le livrer par petits incréments, et à chaque fois qu’on aura livré un petit morceau de ce produit ou de cette application, on va le confronter à l’utilisateur pour qu’il nous fasse des retours et des remarques. Scrum® est une méthode extrêmement puissante qui marche très bien dans les entreprises. Par contre, il faut se l’approprier. En effet, elle nécessite un certain nombre de changement de mentalité, d’attitude, de manière de faire. Elle doit introduire de la souplesse dans les processus, notamment de décision et de validation.

Quels avantages de cette méthode ?

Avec cette méthode, on est en mode “découverte”. On n’est pas obligé d’avoir une vue précise de ce qu’on veut faire à l’origine, parce qu’on va le découvrir au fur et à mesure. Scrum® est particulièrement adapté à une démarche « exploratoire », c’est-à-dire qu’au fur et à mesure qu’on avance, on va baliser le chemin.

Le deuxième gros avantage, c’est qu’on va livrer un produit beaucoup plus vite qu’avec une méthode classique qui nécessite d’attendre la fin de l’ensemble des travaux pour pouvoir livrer le produit. Là, on va s’arrêter à un moment donné où on va trouver que le produit est satisfaisant, et qu’il correspond au maximum des usages, ce qu’on appelle le « minimum valuable product ». Ce ne sera pas forcément le produit final, le produit parfait, mais ce sera un produit rapidement mis sur le marché et qui correspondra au mieux aux besoins des utilisateurs parce q’il aura eu beaucoup de feedbacks de leur part.

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

Améliorer un processus avec Lean Six-Sigma®

Dans cet article, nous répondrons à la question “Comment améliorer un processus avec Lean Six-Sigma®”.

Découvrir nos formations en ligne

Privilégiez la simplicité

Dans Lean Six-Sigma®, vous avez une quantité très importante d’outils qui vous permettent de faire de l’amélioration de processus extrêmement complexe. Si vous êtes dans le cas de figure où le processus est relativement simple, vous n’êtes pas obligé de dégainer l’ensemble des outils de la méthode. Simplement, une processus map avec l’identification des gaspillages, ou “muda” dont on parle dans la formation, c’est déjà un outil extraordinaire. Il va vous permettre d’identifier tout ce qui va empêcher le processus de fonctionner de façon de fluide et vous donner plein d’idées d’améliorations pour, à la fois, réduire les coûts, augmenter la performance et la qualité.

Le travail personnel avant tout

Il y a pleins d’outils dans Lean Six-Sigma®, l’attention est surtout focalisée sur la collecte de données de manière à pouvoir prendre des décisions sur les données et pas seulement sur des impressions. Lean Six-Sigma® est très facile à mettre en oeuvre parce que vous disposez d’une très grosse boîte à outils. Il suffit juste de choisir l’outil qui va bien dans tel ou tel cas de figure. Cela dépend aussi de la maturité de votre organisation et de la complexité du processus. Lean Six-Sigma® reste la meilleure méthode pour optimiser les processus complexes et cela reste une excellente méthode pour nettoyer un processus avant qu’il soit digitalisé, c’est au cœur des méthodes de digitalisation.

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

5 Astuces pour réussir la certification PMP®

PMP® représente un gros travail de préparation. Quand on est la plupart du temps seul devant son ordinateur, on peut parfois avoir du mal à s’organiser. Voici 5 astuces pour réussir votre certification PMP®.

Découvrir nos formations en ligne

Privilégiez la régularité

Premièrement, se préparer à PMP® c’est une course de fond. Il ne faut absolument pas envisager ça comme étant un sprint. Il faut vraiment être dans la régularité, consacrez-y une heure à deux par jours de manière à ce que vous puissiez passer la certification dans de bonnes conditions sous 5 mois maximum. Au delà de 5 mois, l’expérience nous a montré chez Skills4All qu’il y avait une baisse drastique du nombre de personnes qui réussissaient leur certification. Il n’y a pas un niveau d’effort qui est suffisamment régulier pour que le travail porte ses fruits. La première chose à bien avoir en tête, c’est la régularité.

Entraînez-vous grâce aux quizz

Deuxièmement, entraînez-vous sur des quizz. Il faut absolument que la formation que vous suivez comporte une grand nombre de questions sur lesquelles vous allez pouvoir vous entraîner et aller dans le détail du livre :  le PMBOK. Un grand nombre de quizz et de questions est extrêmement important pour se mettre en tête les nombreux concepts qui sont dans cette méthodologie.

 

Le travail personnel avant tout

Troisièmement, il faut être conscient que la partie formation que vous suivez pour vous préparer n’est que la partie émergée de l’iceberg. Les 35 heures qui sont requises pour passer votre certification représente une toute petite partie du travail que vous allez fournir. Se former en présentiel ou se former en digital c’est exactement la même chose :  le gros de l’effort n’est pas tellement dans la formation apportée, mis surtout dans le travail personnel.

 

Surveillez vos résultats

Le meilleur indicateur pour suivre votre progression, c’est vos résultats aux quizz qui sont compris dans votre formation. Quand vous êtes à un niveau suffisamment élevé en général 80% de bonnes réponses à l’ensemble des quizz, cela veut dire que vous êtes prêt. C’est le meilleur indicateur d’avancement lors d’une préparation à un référentiel.

 

Ne vous découragez pas !

Et enfin cinquièmement, ne vous découragez pas ! Si vous êtes régulier, si vous arrivez bien à faire la correspondance entre ce qui vous est donné en formation, les questions du quizz et le PMBOK, le livre de référence, il n’y a absolument aucune raison que vous n’arriviez pas à la certification. Le contenu de ce livre, il faut s’en imprégner doucement, bien comprendre le concept, ne pas avoir peur de relire plusieurs fois le livre et de refaire plusieurs fois les vidéos et les quizz, ça fait partie de l’apprentissage.

 

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

Astuces pour suivre un cursus long en digital-learning

Cursus long : peut-on se former en digital-learning, ou faut-il absolument le faire en présentiel ?

Découvrir nos formations en ligne

Privilégiez la régularité

L’expérience en digital e-learning n’est pas différente de l’expérience en présentiel. La seule chose à laquelle il faut être plus attentif, c’est le niveau de régularité de votre travail. En fait, ce qui fait la clé, c’est le fait de consacrer une durée régulière sur un sujet : par exemple 1 heure ou 1 heure et demi par jour. Il faut éviter de vouloir faire un “rush” de 5 ou 6 heures d’un seul coup pour ne pas saturer. C’est assez souvent ce que l’on rencontre dans une formation en  présentiel quand on est pendant des jours et des jours dans une salle à travailler sur un même sujet. En digital, vous pouvez faire des pauses, revisualiser autant de fois que vous voulez les vidéos, rejouer les quizz, c’est tout l’intérêt de ce mode de formation.

Privilégiez la régularité

Le e-learning est une expérience très intéressante : elle est souple, malléable et correspond au rythme de chacun. C’est la façon la plus souple de se former, même pour les cursus longs. Ne craignez pas de vous lancer dans un cursus un petit peu long en digital, il n’y a aucun soucis avec cela. En effet, les équipes sont à votre disposition si vous avez des difficultés, des contraintes exceptionnelles, votre fournisseur de formation est tout a fait capable de répondre à cette problématique sans aucune difficulté.

A très bientôt sur Skills4All !

Découvrir nos formations en ligne

Des formations de qualité à un prix imbattable ? C’est possible !

Vous vous demandez “Pourquoi est-ce que les prix des formations Skills4All sont aussi bas ?”. Nous vous répondons !

Découvrir nos formations en ligne

Des formations accessibles à tous

On pourrait penser que parce que les prix sont bas, la qualité n’est pas au rendez-vous : c’est un vieux réflexe. Nous, nous pensons très clairement que l’on peut avoir du prix, de la qualité et du “bonus” à des prix raisonnables. Chez Skills4All, si vous achetez une formation PRINCE2 par exemple, on ne parle pas que de PRINCE2, on parle d’autres choses. On vous donne des contenus complémentaires.

Chez Skills4All nous avons un objectif : pouvoir fournir des compétences à forte valeur au plus grand nombre.

Donc non, ce n’est pas parce que vous avez payé un prix bas chez Skills4All que vous ne serez pas contents. D’ailleurs, vous pouvez consulter les avis de nos clients sur notre site internet. Ce sont de vrais avis clients qui ont suivi nos formations. Les clients qui ont témoigné sont grandement ravis, et nous, encore plus de pouvoir vous mettre à disposition ces contenus à très grande valeur. N’hésitez pas, il y a des vidéos “extrait du cursus” si vous voulez vous faire une idée de la qualité du contenu. Nous serions ravis de vous compter parmi nos clients.

N’hésitez pas, et à très bientôt !

Découvrir nos formations en ligne

Quand on change le “Done” doit-on revenir sur les développements passés ?

Est-ce que, lorsque l’on revoit la définition du “Done“, il faut revenir sur les développements passés ?

Découvrir nos formations en ligne

Une problématique de la qualité des développements passés

Lorsque l’on parle du “Done” on parle de critères de qualité. A partir du moment où le niveau de qualité change, il y a une problématique sur la qualité des développements passés, qui normalement, n’est plus au niveau des attentes. Etant donné qu’à la fin de notre sprint, on doit livrer quelque chose qui fonctionne, on ne peut pas se permettre de dire : “écoutez, on va griller un sprint ou deux, pour récupérer tout le travail qui a été fait avant ce changement de manière à ce que tout soit au niveau attendu.”

Il faut remettre à niveau les développements passés

Dans la méthodologie Scrum, on attend qu’à la fin d’une itération, il y ait quelque chose qui soit montrable et qui puisse être mis en production. Il est donc nécessaire d’établir ce travail de “refactoring“. Cela signifie qu’au fur et à mesure des itérations, il faudra procéder de manière à remettre à niveau les développements qui ont été faits avant, et qui ne correspondent plus au niveau de qualité attendu. Donc oui, bien-sûr, il faut remettre à niveau les développements qui ont été réalisés, mais on va le faire de manière progressive, continuelle, de façon à ne pas bloquer une itération ou ne pas mobiliser en une seule fois, les forces pour faire ce travail là, ce qui serait contre-productif.

Découvrir nos formations en ligne