Les fondamentaux du lean six sigma

La vie d’entreprise est loin d’être un long fleuve tranquille. Produits ou services insatisfaisants, clients exigeants, remboursement des produits… Avoir une méthode de management en béton est nécessaire pour redresser et gérer la situation. Car qui dit clients insatisfaits dit chute des ventes.

C’est là qu’entre en jeu le Lean Six Sigma, une démarche qualité visant à améliorer l’organisation d’une entreprise dans le but d’avoir zéro défaut dans le processus de production de produits afin de satisfaire les clients. Quels sont les fondamentaux à connaître ?

Découvrir la certification Six Sigma

La combinaison de deux méthodes

Combinaison entre deux approches organisationnelles, le Lean Six Sigma comprend alors le lean management et le six sigma. Le lean management s’articule autour de trois principaux axes dont la réduction des coûts, l’élimination des délais et la recherche de qualité. Le six sigma, quant à lui, est axé autour de l’amélioration du processus de production, l’élimination des défauts sur les produits et la réduction de risque de rejet des clients. Ces deux méthodes œuvrent toutes les deux pour la satisfaction de la clientèle.

Ainsi, le lean six sigma (LSS) donne naissance à une démarche qualité replaçant le client au centre de son process. Ses exigences influencent alors tant le processus, l’organisation de la société que le comportement et l’attitude de ses acteurs. La réussite d’un projet LSS dépend de l’implication de ses acteurs. Ces derniers ont chacun un rôle bien défini au niveau managérial et au niveau de l’expertise méthodologique. Ainsi, les commanditaires, le sponsor, le champion, le Black belt se trouvent à l’amont du projet. Ils sont ceux qui lancent le projet LSS, fixent les priorités, allouent les ressources et supervisent le déroulement. Quant au green belt et yellow belt, ils se trouvent en aval. Sous la supervision des mentors, ces chefs de projets participent au projet d’amélioration à hauteur de leurs compétences.

La démarche DMAIC, les phases fondamentales du LSS

Dans le cadre d’une démarche d’amélioration continue, le Lean Six Sigma se déploie en mode projet et suit les étapes du DMAIC. Pourquoi ? Étendues au LSS, les 5 phases Define, Measure, Analyse, Improve et Control apportent une amélioration de la satisfaction de la clientèle, d’améliorer la performance tant opérationnelle que financière de la société.

La première phase Define ou Définir est la phase de formalisation de la problématique. Entre autre, il s’agit de définir les problèmes nuisant à la satisfaction du client. C’est à ce stade que les équipes sont formées pour travailler sur le projet d’amélioration.

La deuxième étape Measure ou Mesurer permet d’identifier tout élément influant sur la performance du processus actuel. En effet, c’est à ce niveau que le recensement de données sur les éléments perturbateurs est effectué.

Analyse ou Analyser est la troisième étape du LSS. C’est la partie où l’on identifie les causes du problème.

La quatrième étape Improve ou Améliorer est le stade où l’on met en œuvre la solution adaptée au problème décelé.

 

Enfin la dernière phase du projet LSS,Control ou Contrôler, est portée sur le suivi de l’amélioration apportée par les mises en œuvre des solutions trouvées précédemment. Des plans de contrôles sont mis en place pour s’assurer de son action sur le long terme.

Découvrir la certification Six Sigma

Laisser un commentaire

Shares
Share This